Retour aux questions régulières

Existe t-il des primes au retrofit électrique ?

Depuis le 1er Juin 2020,  le retrofit peut bénéficier d'une prime d'état dont le montant varie de 2500 à 5000 € en fonction des conditions de revenu
Si le revenu de référence est inférieur à 18 000 € par part, alors la prime est de 5000 €. 
Si le revenu de référence est supérieur à 18 000 € par part, alors la prime est de 2500 €.

Pour bénéficier de la prime retrofit, il faut :

  • être âgé de plus de 18 ans ;
  • être domicilié en France ;
  • avoir fait transformer le moteur thermique de son véhicule en moteur électrique à batterie ou à pile à combustible par un professionnel habilité comme Retrofuture ;
  • avoir acheté son véhicule depuis au moins 1 an ;
  • ne pas le vendre dans les 6 mois suivant son achat ni avant d'avoir parcouru au moins 6 000 km ;

Si vous êtes éligible à la prime d'état de 5000 € alors le retrofit de votre Fiat 500 ou de votre Austin Mini ne vous coutera que 10 000 € chez Retrofuture.

Y'a t-il d'autres aides locales ?
Dans certaines régions et métropoles, des aides complémentaires voient le jour.
C'est le cas par exemple de la région Ile de France ou de Grenoble-Alpes Métropole qui en complément du dispositif d'état proposent des primes à la conversion locales cumulables avec le dispositif d'état.

Les aides de la région Ile de France :
L'exécutif régional met en place une prime de 2500 euros destinée à tous les particuliers résidant en Ile-de-France, afin d'encourager le passage à la voiture électrique.

Les aides de Grenoble-Alpes Métropole :
Ces aides ne concernent pour le moment, que les véhicules utilitaires y compris pour les particuliers. Pour les conversions électriques, GPL et GNV.

Pour les particuliers :
elles sont indexées sur le revenu du foyer fiscal, et peuvent monter jusqu’à 7 200€ (2 catégories : <2,5t et au dessus).

Pour les entreprises :
– 4 000€ pour un utilitaire de moins de 2,5t et 6 000€ au dessus (jusqu’à 7t), jusqu’à 5 véhicules par entreprise.
– Entreprises concernées de moins de 250 salariés (associations et professions libérales comprises)

Retour aux questions régulières

Sur le même thème